Hall d’honneur

Le Temple de la renommée du sport lavallois a été créé en 1996 afin d’honorer et de reconnaître l’implication et le mérite de personnalités lavalloises qui ont laissé leur marque dans le milieu sportif de notre communauté.

Afin de mettre en lumière le travail, la détermination et le courage de ces personnalités, une trentaine d’entre elles a été intronisée au Temple de la renommée du sport lavallois à titre de grand bâtisseur, d’officiel, d’entraîneur ou d’athlète.

Un comité d’intronisation est responsable chaque année de la sélection des candidats afin de procéder à la nomination des personnalités à introniser. La sélection s’effectue selon des critères bien définis tels que l’importance des réalisations, le succès obtenu, le dévouement dans le temps et les qualités personnelles démontrées.

Le sport va chercher la peur pour la dominer, la fatigue pour en triompher, la difficulté pour la vaincre.
Pierre de Coubertin

  • Tania Vicent

  • Jean-Paul Girard

  • Philippe Comtois

  • Dominique Rescat

  • Gisèle Balthazard

  • Jean Dussault

  • Fernand Desrosiers

  • Pierre Creamer

  • Richard Trottier

  • Gabriela Mayer

  • Camille Brind’Amour

  • Carl Schewende

  • Josée Chouinard

  • Roland Gladu

  • Réjean Beauregard

  • René Bouchard

  • Robert Cléroux

  • Yvon Chartrand

  • Laurent E. Boulanger

  • Bernard Bonneville

  • Philippe Chartrand

  • Steven Finn

  • Alain Bordeleau

  • Antoine Bedwani

  • Henri Richard

  • Jean-Marc Laplante

  • Arthur Lessard

  • Claude Ferragne

  • Michel Venne

  • Réjean Genois

  • Benoît Clément

  • Émile Miron

  • Guy Burelle

  • John E. Simpson

  • Josée Faucher

  • Madeleine Philion

  • Marc Lacelle

  • Michael Bossy

  • Raymond Lagacé

  • Micheline Fortier-Gagnon

2016

Tania Vicent

Athlète  d’exception intronisée en 2016, Tania Vicent est un modèle de persévérance. Elle accède à l’équipe nationale de patinage de vitesse courte piste à 15 ans et y connaîtra une carrière remarquable qui s’échelonnera sur une période de 18 ans. Elle récolte un total impressionnant de 39 médailles, dont 7 aux Championnats du monde et remporte en 2004 le titre de patineuse de l’année décerné par Patinage de vitesse Canada. Quadruple olympienne, Tania Vicent rentre au bercail avec des médailles en 1998 (bronze, Nagano), 2002 (bronze, Salt Lake City), 2006 (argent, Turin) et 2010 (argent, Vancouver). En 1998, elle reçoit la médaille d’or du Mérite sportif lavallois.

2016

Jean-Paul Girard

Bâtisseur intronisé en 2016, Jean-Paul Girard est une figure de proue du badminton qui a fait marque en tant qu’entraîneur et administrateur. Sa carrière d’entraîneur s’amorce au Collège Montmorency et rapidement, sa passion pour le badminton le mène à mettre en place une structure de développement qui permet à son sport de connaître un essor dans la communauté lavalloise. Il participe ensuite aux Jeux olympiques d’Athènes et de Beijing à titre d’entraîneur. Parmi les honneurs reçus, mentionnons qu’en 2003, Badminton Québec renomme le trophée remis à l’entraîneur par excellence de l’année « Le Girard » et qu’en 2009, il reçoit le titre de Grand Montmorencien, honneur décerné par l’ordre François de Montmorency-Laval.

2015

Philippe Comtois

Athlète intronisé en 2015, Philippe Comtois entame sa carrière de plongeur à l’âge de 8 ans. Il joint rapidement les rangs de l’équipe nationale avec laquelle il remporte 22 titres nationaux et 8 médailles internationales. Il participe aux Jeux d’Atlanta en 1996, terminant 16e au 3 mètres. Au printemps 2000, une blessure l’empêche de participer aux Jeux olympiques de Sydney, mais il est du rendez-vous d’Athènes en 2004, où il se classe 13e au tremplin de 3 mètres et 5e en haut vol synchronisé avec son coéquipier Alexandre Despatie. À quatre reprises, de 1995 à 1998, Philippe Comtois est choisi l’Athlète d’Excellence aux championnats canadiens de plongeon. Plongeon Québec, de concert avec Plongeon Laval, remet annuellement le trophée Philippe Comtois, un honneur décerné à un plongeur pour sa persévérance.

2015

Dominique Rescat

Bâtisseur intronisé en 2015, Dominique Rescat s’est impliqué dans l’univers du volleyball pendant quarante ans. Au milieu des années ‘70, il amorce sa carrière d’entraîneur au niveau collégial, principalement au CÉGEP Montmorency. Simultanément, il n’y a qu’un pas à franchir vers l’arbitrage. Au début des années ‘80, et pour les 33 suivantes, il siège à l’Association régionale de volleyball Laval. Il occupe les fonctions de trésorier, d’administrateur et celle de président, notamment pendant 29 ans. Dominique Rescat est bénévole de l’année dans la catégorie Sport en 1989 et lauréat en 2014 d’un Prix Hosia dans la catégorie Prix reconnaissance, pour 25 années – et plus – de bénévolat. À deux occasions, le Sport étudiant de Laval lui décerne le titre d’entraîneur de la décennie.

2014

Gisèle Balthazard

Officielle intronisée en 2014, Gisèle Balthazard amorce son bénévolat en 1966 et consacre près d’un demi-siècle au patinage artistique. Avec le club Les Lames d’Argent, elle occupe plusieurs tâches au conseil d’administration, entre autres directrice des tests et trésorière, puis à la vice-présidence de l’Association régionale de patinage artistique de Laval. En 1972, elle débute sa formation d’officielle. Elle gravit plusieurs échelons et acquiert les certifications requises de Patinage Canada. En 1988, elle reçoit une nomination au titre de juge de l’année de la Fédération québécoise. Intronisée au Temple de la renommée du patinage artistique québécois en 1994, Gisèle Balthazard reçoit en 2013 la médaille du jubilé de la Reine Elizabeth II et est lauréate d’un prix Hosia au gala Hommage aux bénévoles, dans la catégorie des sports de glace.

2014

Jean Dussault

Bâtisseur intronisé en 2014, Jean Dussault est l’un des grands artisans de l’essor du patinage artistique québécois, au cours des années 1960 à 1990. En 1965, il fonde le club Les Lames d’Argent et en assure la présidence pendant une dizaine d’années. Dès 1969, il joint le conseil d’administration de la Fédération de patinage artistique du Québec et en devient le président en 1973, jusqu’en 1992. Simultanément, il siège à l’Association canadienne de patinage artistique, comme directeur et est également responsable de plusieurs compétitions nationales et internationales. En plus de nombreuses autres distinctions, en 1983 et 1986, Jean Dussault reçoit le prix du Bénévole de l’année de l’Association canadienne de patinage artistique, section Québec. En 1994, il est intronisé au Temple de la renommée du patinage artistique québécois. Puis en 2003, le Panthéon des sports du Québec lui ouvre ses portes.

2013

Fernand Desrosiers

Bâtisseur intronisé en 2013, Fernand Desrosiers a servi la cause du soccer pendant plus de trente ans. En 1982, il devient président de l’Association régionale de soccer-football de Laval, un organisme en pleine croissance, et il devient membre du conseil d’administration de la Fédération de Soccer du Québec. On lui doit entre autres : la refonte de territoire, la mise en place d’une permanence régionale, des programmes d’encadrement tant pour les arbitres et que les entraîneurs, le programme Sport-Études, la formation de clubs élites et d’une ligue interrégionale, ainsi que la réorganisation du club les Conquérants AAA. En 1989, il est l’un des lauréats au Gala Hommage aux bénévoles, dans la catégorie Sport et plein air pour les organismes régionaux. Puis au passage de l’an 2000, il reçoit le prix reconnaissance 25 ans du Gala Hommage aux bénévoles. En 2004, Fernand Desrosiers est intronisé au Temple de la renommée du soccer lavallois.

2013

Pierre Creamer

Le nom de l’entraîneur Pierre Creamer, bâtisseur intronisé en 2013, est synonyme de hockey à Laval. Après avoir endossé l’uniforme des Saints de Laval, il amorce sa carrière d’entraîneur au début des années ‘70, où il dirige un certain Michael Bossy. En 1980, il gradue dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec avec le Junior de Montréal et le Canadien Jr de Verdun. Son succès dans la LHJMQ lui permet de faire le saut en 1984 sur la scène professionnelle avec les Canadiens de Sherbrooke, où il remporte la Coupe Calder. À l’été 1987, il atteint le plus haut niveau d’excellence lorsqu’embauché par les Pingouins de Pittsburgh. Il revient dans la LHJMQ avec diverses organisations, dont le Titan de Laval. En 2000, Pierre Creamer est intronisé au Temple de la renommée du hockey lavallois.

2012

Richard Trottier

Officiel intronisé en 2012, Richard Trottier amorce sa carrière d’arbitre à l’âge de 14 ans et fait ses classes au hockey mineur lavallois. Pendant 12 saisons, de 1975 à 1988, il est actif dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ). Il arbitre son premier match dans la Ligue nationale de hockey le 13 décembre 1989. Pendant 13 saisons, il participe à 550 joutes régulières et 10 en séries éliminatoires. En 2001, il est sélectionné pour la classique annuelle des Étoiles présentée à Denver, au Colorado. Après sa carrière d’arbitre, il demeure associé au hockey et depuis 2010, il occupe la fonction de directeur de l’arbitrage dans la LHJMQ. En 2000, Richard Trottier est intronisé au Temple de la renommée du hockey lavallois et, en 2009, au Temple de la renommée de la Ligue de hockey junior majeur du Québec. Le 24 novembre 2002, l’aréna municipal Dagenais du quartier Fabreville devient l’aréna Richard Trottier.

2012

Gabriela Mayer

Bâtisseuse intronisée en 2012, Gabriela Mayer est impliquée depuis plus de 30 ans avec le Club d’escrime Montmorency (MEC). Au milieu des années 1980, elle préside les destinées du MEC, en plus d’assurer la présidence de l’association régionale d’escrime de Laval, ainsi que la vice-présidence de la Fédération d’escrime du Québec de 1984 à 2004. Elle est la seule femme au monde à présider le directoire technique de tous les Championnats du monde, dont trois championnats dans la seule année 2006 et devient la première représentante canadienne à accéder au directoire technique des Jeux olympiques. Elle sera donc du rendez-vous des Jeux de Londres 2012. En 2006, Gabriela Mayer est la lauréate du volet sport au Gala Femmes d’influence en sport et en activité physique au Québec, en plus d’avoir été lauréate à la soirée de gala Hommage aux bénévoles de Laval en 1993, ainsi que bénévole de l’année de la Fédération d’escrime du Québec en 1987, 1988 et 1989.

2004

Camille Brind’Amour

Camille Brind’Amour a été intronisé en 2004. Pendant plus d’une quarantaine d’années, il a été un rouage important dans le développement du hockey mineur lavallois. Originaire de la région de Québec, il s’installe à Laval et fonde en 1961 l’organisation Sports mineurs Saint-Vincent-de-Paul, avec laquelle il demeure actif jusqu’en 2004. Au début des années 1960, il est du groupe de passionnés qui négocient avec la Ligue junior A du Québec pour l’implantation d’une franchise à Laval. Les Saints de Laval voient le jour et il en est le vice-président. Sur la scène du hockey mineur, il fonde la Ligue interdistricts de l’est de Laval dans les années 1960. Il participe en 1976 à un comité qui voit à l’implantation et à la promotion de la première équipe midget AAA à Laval, les Insulaires. En 1995, Camille Brind’Amour est intronisé au Temple de la renommée du hockey lavallois et en 2007 au Temple de la renommée du hockey québécois.

2004

Carl Schewende

Bâtisseur intronisé en 2004, Carl Schwende vit de passion pour l’escrime et dès son jeune âge, ce Suisse d’origine amorce une longue et fructueuse carrière d’athlète et d’administrateur. Avant même qu’il ne tire sa révérence comme athlète, il occupe plusieurs fonctions à la Fédération d’escrime du Québec de 1952 à 1982, dont la présidence de 1965 à 1974. Il préside l’Association canadienne de 1979 à 1988. Sur la scène internationale, il est vice-président de la Fédération internationale et participe à plusieurs comités. En 1968, il est coprésident du premier Congrès des sports du Québec et il devient membre du conseil d’administration de la Confédération des sports du Québec. En 1973, il travaille à l’implantation du Panthéon des sports du Québec. En 1985, Carl Schwende est intronisé au Temple de la renommée olympique du Canada à titre d’athlète et de bâtisseur. En 2001, il fait à son tour son entrée au Panthéon des sports du Québec.

2004

Josée Chouinard

Athlète intronisée en 2004, Josée Chouinard, patineuse du club Les Lames d’Argent, connaît sa part de succès en compétition internationale. Elle participe à sept championnats canadiens et monte sur le podium à six reprises, pour une récolte de trois médailles d’or, deux d’argent et une de bronze. Elle remporte deux victoires en compétition Grand Prix, Skate Canada en 1990-1991 et le trophée Lalique en 1995-1996 et fait bonne figure au Championnat du monde en 1992 et 1994. En compétition olympique, elle joue de malchance, autant à Albertville en 1992 qu’à Lillehammer en 1994, terminant au 9e rang à chacun des deux rendez-vous. Elle joint les rangs professionnels en 1996 avant de se retirer définitivement en 2004 pour se consacrer à une carrière d’entraîneuse et de chorégraphe. En décembre 2009, Josée Chouinard elle porte le flambeau à l’occasion du passage de la flamme olympique à Laval, en route vers Vancouver.

2004

Roland Gladu

Athlète intronisé en 2004, Roland Gladu est l’un des trois Québécois à avoir marqué la scène du baseball international. Pendant une vingtaine d’années, il roule sa bosse dans cinq pays : le Canada, les États-Unis, le Mexique, Cuba et l’Angleterre. En 1944, il dispute 21 matchs dans les ligues majeures avec les Braves de Boston. La saison suivante, avec les Royaux de Montréal, il se démarque avec une moyenne de ,341, 205 coups sûrs et termine troisième au classement du joueur le plus utile dans la Ligue internationale. Après cette saison de rêve, les Dodgers de Brooklyn sélectionnent le joueur de 3e but. Il termine sa carrière comme joueur-instructeur avec les équipes de Sherbrooke et Thetford Mines au début des années 1950. Par la suite, Roland Gladu devient éclaireur avec les Indiens de Cleveland et ensuite avec les Braves de Milwaukee, où il recrute les Québécois Claude Raymond et Ronald Piché.

2002

Réjean Beauregard

Athlète intronisé en 2002, Réjean Beauregard se donne corps et âme à la discipline de l’aviron. Sa carrière s’amorce en 1963 avec le Club d’aviron de Laval. Pendant une douzaine d’années, il participe à de nombreuses compétitions internationales, remportant six titres aux Championnats canadiens. Il ajoute trois autres vic- toires à la compétition du Royal Canadian Henley, en plus d’être sélectionné sur l’équipe canadienne d’aviron à trois reprises. Après sa carrière d’athlète, il se consacre au Club d’aviron de Laval dont il occupe la présidence de 1986 à 1991. En plus, il relève plusieurs défis comme entraîneur avec l’équipe féminine de l’Université McGill, l’équipe du Québec aux Jeux du Canada de 1993, en plus de siéger au comité technique (1980 à 1991) et d’occuper la fonction de directeur au développement (1999-2001) à l’Association québécoise d’aviron. En 1986, il reçoit le titre d’administrateur de l’année.

2002

René Bouchard

Bâtisseur intronisé en 2002, René Boucher est un pilier du patinage artistique. En 1971, il s’implique avec le Club de patinage artistique Laval, et ce, pour plusieurs décennies. Il occupe bon nombre de postes administratifs, dont celui de trésorier, de 1973 à 1975. Par la suite, il en assume la présidence jusqu’en 1997. Il travaille entre autres à la mise en place du comité des  finances du C.P.A. Laval, pour la Revue sur glace de Laval, ainsi qu’au développement du patinage synchronisé. Il siège au comité des championnats canadiens de patinage synchronisé, pour ensuite devenir vice-président du comité organisateur et finalement président des championnats provinciaux de patinage synchronisé. Ce pilier du patinage artistique mérite la reconnaissance de tous pour avoir si fièrement représenté le C.P.A. Laval et de lui avoir donné ses lettres de noblesse.

2002

Robert Cléroux

Athlète originaire de l’Abord-à-Plouffe intronisé en 2002, Robert Cléroux marque la scène de la boxe, tant amateur que professionnelle. Il amorce sa carrière en 1955 à l’âge de 17 ans. L’année suivante, il est champion des Gants dorés alors qu’il remporte 30 combats par KO et 8 par décision, dont le championnat canadien. Il fait son entrée chez les professionnels en cumulant une impressionnante série de victoires. En 1961, devant plus de 22 000 spectateurs, il remporte le titre canadien contre Georges Chuvalo, un adversaire redoutable qu’il affrontera trois fois dans sa carrière. Chez les professionnels, sa fiche est de 48 victoires, dont 38 par KO, 1 combat nul et seulement 6 défaites. Le souvenir de cet homme est désormais immortalisé avec la nomination du boulevard Robert-Cléroux, dans le secteur Chomedey. En 1998, il est intronisé au Panthéon des sports du Québec.

2002

Yvon Chartrand

Bâtisseur intronisé en 2002, Yvon Chartrand partage sa passion du sport avec la communauté pendant plus d’un demi-siècle. En 1960, alors qu’il occupe le poste de gérant général des Saints de Laval, il consacre de son temps aux jeunes sportifs du quartier et voit notamment au développement des disciplines du hockey, du baseball et du football. Il fonde l’organisme Sports mineurs Saint-Vincent-de-Paul et il en assume la présidence pendant quatre décennies. Il dirige les destinées du Tournoi provincial pee-wee de Laval pendant une trentaine d’années, en plus de s’investir auprès de l’Association sportive Laval-Est. Il veille au bon fonctionnement de la Fondation jeunesse Saint-Vincent-de-Paul qui vient en aide aux jeunes défavorisés du milieu. En 1991, Yvon Chartrand devient le premier intronisé au Temple de la renommée du hockey lavallois. Le 16 décembre 2001, l’aréna municipal Concorde situé dans le quartier Saint-Vincent-de-Paul devient l’aréna Yvon-Chartrand.

2000

Laurent E. Boulanger

Bâtisseur intronisé en 2000, Laurent E. Boulanger est reconnu pour sa double passion : le hockey et le baseball. Dans les années 1980, il est associé aux Deltas de Laval et aux Régents de Laval-Laurentides-Lanaudière. Après avoir assumé la présidence des Deltas, on le retrouve à présidence de Hockey Laval de 1989 jusqu’à son décès en juin 1998. Au baseball, il occupe la présidence des Aigles de Laval et est membre fondateur des Associés de Laval de la Ligue de baseball élites du Québec. Dans les années 1990, il siège à l’exécutif de la LBEQ au poste de trésorier et s’implique au Club des Amis du baseball. En 2000, Laurent E. Boulanger est intronisé au Temple de la renommée du hockey lavallois et en 2002, au Temple de la renommée du hockey québécois. Pour honorer sa mémoire, Hockey Laval décerne annuellement le trophée Laurent E. Boulanger, un honneur remis à une association locale qui affiche la meilleure moyenne d’efficacité.

2000

Bernard Bonneville

Pour  J. Bernard Bonneville, bâtisseur intronisé en 2000, la famille et l’athlétisme ne faisaient qu’un. En tant que gestionnaire rattaché au Club d’athlétisme dynamique de Laval ou officiels de courses, il est un bénévole assidu des rencontres d’athlétisme, tant sur la scène régionale que provinciale. En 1985, il devient président de l’Association régionale d’athlétisme qu’il représente au sein de la Fédération québécoise. À l’été 1991, il est responsable de la compétition d’athlétisme des Jeux du Québec, où Laval termine en 4e position. Son leadership l’amène à s’impliquer sur le plan des grands rendez-vous sportifs lavallois, comme les Jeux du Québec ou encore au sein de Sports Laval. En 1992, J. Bernard Bonneville est l’un des lauréats au gala Hommage aux bénévoles, dans la catégorie Sports et plein air pour les organismes régionaux.

2000

Philippe Chartrand

Athlète intronisé en 2000, Philippe Chartrand débute au Club de gymnastique de l’Immaculée-Conception sous la direction de Michel Venne, son unique entraîneur. En 1982, il remporte une médaille d’argent à sa première compétition internationale, la Coupe Ennia. L’année suivante, il termine 1er aux Universiades d’Edmonton avec une note de 9,95 à la barre fixe, une première pour un Canadien. En 1985, à Montréal, il participe à son premier championnat du monde et se classe 19e. L’année suivante, aux Jeux du Commonwealth en Écosse, il remporte trois médailles d’or. Une blessure au genou vient contrecarrer sa préparation en vue des Jeux olympiques de Séoul et en cours de compétition, il est contraint à l’abandon. À cinq reprises, en 1983 et de 1985 à 1988, Philippe Chartrand est choisi l’athlète de l’année au Québec. En 2002, il est intronisé au Panthéon des sports du Québec.

2000

Steven Finn

Athlète intronisé en 2000, Steven Finn, un Lavallois d’origine, y joue son hockey mineur jusqu’au rang junior. À 15 ans, il porte les couleurs des Insulaires de Laval dans la Ligue midget AAA du Québec avant de graduer avec les Voisins de Laval pour les trois années suivantes. En juin 1984, les Nordiques de Québec font de lui leur choix de 3e ronde, le 57e au total, à la séance d’entrée de la LNH. Il amorce sa carrière professionnelle en 1985-1986. Pendant 12 saisons, il évolue dans la LNH, dont 10 avec l’organisation des Nordiques, où il partage le titre de capitaine avec Joe Sakic lors de la saison 1990-1991. Au transfert de l’équipe au Colorado, il est échangé au Lightning de Tampa Bay et par la suite aux Kings de Los Angeles. Il dispute 725 matchs dans la LNH, compilant une fiche de 34 buts et 78 aides. En 2003, Steven Finn est intronisé au Temple de la renommée du hockey lavallois.

1998

Alain Bordeleau

Athlète intronisé en 1998, Alain Bordeleau réalise son rêve olympique en athlétisme. Dans les années 1970, pointe à l’horizon un Lavallois qui a pour objectif de se mesurer aux grands coureurs de marathon sur la scène internationale. Sûrement inspiré par la vague de popularité des Jeux olympiques de Montréal de 1976 et du Marathon international de Montréal, qui regroupe de plus en plus l’élite mondiale du 42 kilomètres, Alain Bordeleau se lance dans l’aventure. Au cours des années subséquentes, il participe à des championnats, compétitions et rendez-vous à tous les niveaux, tant sur le plan provincial, national et international. Il atteint son rêve en 1984, aux Jeux olympiques de Los Angeles, à l’âge de 27 ans. Il se retrouve alors sur la ligne de départ de marathon avec les plus grands coureurs de cette épreuve d’endurance. Il se classe au 65e rang, avec un temps de 2 h 34 et 27 secondes. Sa meilleure performance à vie est de 2 h 14 et 19 secondes et elle fut enregistrée en 1984.

1998

Antoine Bedwani

Bâtisseur intronisé en 1998, Antoine Bedwani a œuvré pendant plus d’une trentaine d’années comme dirigeant et entraîneur de cyclisme. En 1968, soit deux années après son arrivée en sol québécois, il fonde le Club Espoirs de Laval, auquel il consacre plus de 30 ans de sa vie, et dont il assume la présidence jusqu’à la fin de la saison 2001. Il est sans l’ombre d’un doute l’artisan derrière la réussite et l’éclosion de nombreux cyclistes au Québec. On peut penser entre autres aux Yannick Cojan, Czeslaw Lukaszewiez, Geneviève Jeanson, Jonathan Tremblay, Éric Dubé et Dominique Rollin, entre autres. Le souvenir de ce bâtisseur lavallois est désormais immortalisé avec la nomination d’une rue Antoine-Bedwani, dans un secteur où les voies de communication sont nommées en l’honneur d’anciens sportifs. En 2000, il est intronisé au Temple de la renommée du cyclisme québécois. Il reçoit également l’Ordre du Canada.

1998

Henri Richard

Athlète intronisé en 1998, Henri Richard connait une glorieuse carrière avec les Canadiens de Montréal pendant dix-neuf saisons. Sur la patinoire, le numéro 16 du bleu blanc rouge se démarque par sa force de caractère et sa ténacité. Habile patineur et excellent fabricant de jeu, il dispute 1256 matchs en saison régulière, compilant une fiche de 1046 points. Au terme de la saison 1973-1974, il reçoit le trophée Bill Masterton, un honneur décerné au joueur qui allie les qualités de persévérance, d’esprit sportif et de dévouement au hockey. Les onze conquêtes de la Coupe Stanley sont sûrement le haut fait de sa carrière, un record de la Ligue nationale de hockey qui ne sera sûrement jamais égalé ! En 1979, Henri Richard est intronisé au Temple de la renommée du hockey et en 1994 au Panthéon des sports du Québec.

1998

Jean-Marc Laplante

Bâtisseur intronisé en 1998, Jean-Marc Laplante se consacre pendant cinq décennies à l’athlétisme. Officiel spécialisé dans les épreuves de marche, reconnu par la Fédération québécoise d’athlétisme, ainsi que par l’Association canadienne, il est de toutes les compétitions et championnats, tant civils que scolaires. À la fin des années 1970, son implication bénévole dépasse l’athlétisme. On le voit dans le giron des Jeux du Québec et dans plusieurs événements majeurs lavallois. Au  fil des années, l’Association canadienne d’athlétisme reconnaît le mérite et l’implication de ce bénévole. En 1987, il reçoit un premier témoignage : son nom est ajouté au Tableau d’honneur d’Athlétisme Canada. En 1998, il est honoré pour avoir consacré plus de 25 années à son sport. Quelques années plus tard, en 2006, on souligne ses 40 ans de loyaux services. Jean-Marc Laplante est l’une des six personnes au Canada à avoir reçu un tel honneur d’Athlétisme Canada.

1997

Arthur Lessard

Bâtisseur intronisé en 1997, Arthur Lessard a fait une carrière de hockeyeur professionnel avec les Bisons de Buffalo, avant de se retrouver à des postes-clés, autant dans le monde municipal qu’auprès d’organismes nationaux. De Saint-Laurent à Laval, il dirige le Service de la récréation pendant plus d’une dizaine d’années dans une période où le monde du sport et du loisir est en pleine croissance. Il est un acteur important aux États généraux de 1968 et assiste à la naissance de la Confédération des sports du Québec en 1969. Intervenant de première ligne sur la scène du hockey mineur, il est un leader de la première heure de la Fédération québécoise de hockey sur glace, tout comme de la Régie de la sécurité dans les sports. En 1970 à Amsterdam, accompagnant la délégation de Montréal, Arthur Lessard confie, «J’étais présent quand on a attribué les Jeux olympiques de 1976 à Montréal. Une des grandes journées de mon existence. »

1997

Claude Ferragne

Athlète intronisé en 1997, Claude Ferragne donne ses lettres de noblesse à la discipline de l’athlétisme et devient le premier Canadien à franchir la barre des sept pieds. En 1973, lors d’une confrontation Canada-URSS, le jeune sauteur en hauteur fait salle comble au Forum de Montréal. Il améliore le record canadien et devient la coqueluche de l’athlétisme canadien. Après une médaille de bronze aux Jeux du Commonwealth de 1974, les attentes sont grandes pour les Jeux olympiques de Montréal. Malheureusement, il signe une performance sous les attentes et se classe à la 12e position. Après une médaille d’or aux Jeux du Commonwealth de 1978 à Edmonton, il réalise son meilleur saut à vie, un bond de 2,26 mètres, et se qualifie pour les Jeux de Moscou. Toutefois, le boycottage des jeux par les pays occidentaux l’empêche de s’y reprendre. Déçu, il se retire. En 1996, Claude Ferragne est intronisé au Panthéon des sports québécois.

1997

Michel Venne

Entraîneur intronisé en 1997, Michel Venne est lié à jamais au gymnaste Philippe Chartrand. Dans les années 1970, son chemin croise celui d’André Simard et les voilà réunis au club de gymnastique de l’Immaculée-Conception. Pendant une douzaine d’années, il sera l’entraîneur de Philippe Chartrand, qui connaîtra sa part de succès en compétition internationale, comme en fait foi la médaille d’or aux Universiades de 1983 à Edmonton, où le gymnaste frôle la perfection avec une note de 9,95 à la barre fixe. Après les Jeux olympiques de Séoul, c’est la retraite pour Philippe Chartrand, mais ça n’empêchera pas Michel Venne de poursuivre sa route et de partager sa vaste expérience avec les jeunes gymnastes de la relève.

1997

Réjean Genois

Athlète intronisé en 1997, Réjean Genois laisse sa marque à la fois au tennis québécois et canadien. Dès 1972, il roule sa bosse sur le Circuit mondial pendant une dizaine d’années. En 1978, il devient le premier joueur canadien à briser la barrière du Top 100 au classement de l’ATP. Son meilleur rang mondial est le 89e. Neuf fois membres de la formation canadienne de la Coupe Davis, de 1974 à 1983, le rêve devient réalité au début des années 1980. Les amateurs ont l’occasion de supporter les exploits du Lavallois d’adoption au Club de tennis 13 qui est le théâtre d’une étape de la Coupe Davis. Après une carrière sur les courts, il préside les destinées de la Fédération québécoise de tennis. En 1999, Réjean Genois est intronisé au Panthéon des sports du Québec et au Temple de la renommée du tennis canadien. Il est également membre du Panthéon du tennis au Québec depuis 1988.

1996

Benoît Clément

Athlète intronisé en 1996 au lancement du Temple de la renommée du sport lavallois, Benoît Clément se démarque sur la scène internationale de la natation comme un spécialiste des courses à relais. Membre de l’équipe du Club de natation Laval, il participe en 1984 aux Jeux olympiques de Los Angeles. Il aide l’équipe masculine du relais 4 x 200 mètres style libre à terminer au 5e rang. Toutefois, il remporte sa plus belle victoire à la suite d’un accident de la route en 1989. Alors que tous soutenaient qu’il ne pourrait plus jamais marcher, il réussit à retrouver sa pleine autonomie après trois années de durs labeurs en réhabilitation. Sa force de caractère et sa détermination font de Benoît Clément un modèle pour toutes les personnes victimes d’un accident.

1996

Émile Miron

Bâtisseur intronisé en 1996, Émile Miron se démarque par son sens de l’humour et son éternel sourire. Avant d’être bénévole, l’homme au béret surnommé « Pompon » connaît une carrière d’athlète dans plusieurs disciplines sportives. Entre autres, il est champion canadien en escrime et il court aux côtés des grands cyclistes québécois des années 1940. En cyclisme, il agit comme commissaire de course pendant une trentaine d’années, dont lors du Championnat du monde cycliste à Montréal en 1974 et aux Jeux olympiques de Montréal en 1976. En 1980, Émile Miron est intronisé au Temple de la renommée du Club de la médaille d’or et en 1986 au Temple de la renommée du cyclisme québécois.

1996

Guy Burelle

Bâtisseur intronisé en 1996, Guy Burelle est un pionnier qui a contribué largement à faire du soccer lavallois la discipline sportive qui compte en ses rangs le plus grand nombre de joueurs fédérés. Aujourd’hui, ils sont plus de 10 000 qui évoluent pour l’un ou l’autre des six clubs de Laval. Il est membre fondateur de l’Association régionale de soccer Laval et il en devient sont premier président le 8 avril 1979. En plus d’oeuvrer sur la scène locale et régionale, on le retrouve sur la scène nationale, entre autres à la tête de l’Équipe du Québec des moins de 16 ans en 1991. Il s’implique au sein de l’Association canadienne de soccer sur la scène internationale. En 1999, Guy Burelle est intronisé au Temple de la renommée du soccer québécois.

1996

John E. Simpson

Bâtisseur intronisé en 1996, John E. Simpson est un exemple de courage pour tous. Terrassé dès son jeune âge par la poliomyélite, celui que l’on appelait amicalement « Jack » a connu une vie active, tant sur les plans personnel, professionnel, communautaire et surtout sportif. Le monde du football québécois reconnaît sa grande implication en désignant le trophée John E. Simpson, un honneur remis annuellement à l’équipe championne provinciale dans la catégorie Midget AAA. Puis au début des années 1990, le terrain de football du parc Cartier est nommé le Stade John E. Simpson, en reconnaissance de sa participation au développement du football amateur à Laval.

1996

Josée Faucher

Athlète intronisée en 1996, Josée Faucher s’illustre dans le monde de la natation pour personnes handicapées en fauteuil roulant. Elle participe à bon nombre de compétitions internationales, dont les Jeux mondiaux pour personnes handicapées, les Jeux panaméricains et plusieurs autres. En carrière, elle remporte 19 médailles d’or, tout en établissant 6 records mondiaux, 3 records olympiques, 2 records panaméricains et 20 records canadiens. Au fil des ans, elle reçoit les plus grands honneurs : la médaille du premier ministre (Québec), le Certificat du mérite (Canada), l’Ordre du Canada et le titre de la Femme de l’année, au Salon de la Femme en 1984. À la  fin des années 1980, le bloc sportif de l’école secondaire du Mont-de-la-Salle devient le Centre sportif Josée Faucher, un hommage bien mérité pour cette athlète courageuse.

1996

Madeleine Philion

Athlète intronisée en 1996, Madeleine Philion est un modèle de détermination pour les plus jeunes escrimeuses et escrimeurs. En 1983 aux Jeux panaméricains de Caracas, elle termine à un rang d’un premier podium (4e) au fleuret individuel. La même année, aux Universiades d’Edmonton, elle remporte le bronze. Aux Jeux olympiques de Los Angeles en 1984, elle se classe en 24e position puis, quatre ans plus tard aux Jeux de Séoul, elle grimpe au 19e rang. Madeleine Philion participe aux Jeux du Commonwealth en 1986 à Édimbourg, en Écosse, où elle remporte une médaille d’argent et l’année suivante, à Indianapolis, à sa deuxième participation aux Jeux panaméricains, elle récolte la médaille d’argent. En 2008, Madeleine Philion est intronisée au Panthéon de l’escrime québécoise.

1996

Marc Lacelle

Athlète intronisé en 1996 au lancement du Temple de la renommée du sport lavallois, Marc Lacelle choisit la dure école du football et s’illustre comme porteur de ballon. Il excelle avec les Scorpions de Laval Junior, suivi de l’Université de la Louisiane et par la suite les Redmen de McGill, avec lesquels, en 1979, il est choisi le joueur le plus utile à son équipe dans le circuit universitaire canadien. En 1981, le porteur de ballon gradue avec les Alouettes et endosse le chandail numéro 26. La saison suivante, il se retrouve avec la défunte équipe les Concordes de Montréal de la Ligue canadienne de football. Après sa carrière de joueur, Marc Lacelle devient gestionnaire de cliniques de physiothérapie et médecine sportive, sans pour autant quitter le monde du football. Pendant six saisons, il est entraîneur de l’équipe collégiale les Trappeurs de Marie-Victorin, avant de s’impliquer avec les Patriotes de Vimont-Auteuil.

1996

Michael Bossy

Athlète intronisé en 1996, Michael Bossy a connu une glorieuse carrière au hockey professionnel. De 1973 à 1977, il évolue avec le National de Laval et récolte 532 points, dont 309 buts, en 262 matchs. En 1977, il se joint aux Islanders de New York avec lesquels il connaît une carrière sans précédent avec neuf saisons consécutives de 50 buts et plus. Il remporte quatre Coupe Stanley, trois championnats de saison, le Trophée Calder, trois fois le Trophée Lady-Bing, une fois le Trophée Connie-Smythe. À l’automne 1986, la Ville de Laval inaugure l’aréna Mike Bossy. En 1991, Michael Bossy est intronisé au Temple de la renommée du hockey; en 1995, au Panthéon des sports du Québec; et en 1998, au Temple de la renommée de la Ligue de hockey junior majeur du Québec.

1996

Raymond Lagacé

Bâtisseur intronisé en 1996, Raymond Lagacé est considéré comme l’un des grands architectes du hockey contemporain. Dès l’âge de 21 ans, Raymond Lagacé se retrouve à la tête d’une équipe de la Ligue provinciale senior B. Puis en 1954, en compagnie du légendaire Sam Pollock, il met sur pied la Ligue métropolitaine junior, l’ancêtre de l’actuelle Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ). Après une retraite forcée de six années en raison d’un problème de santé, il prend la tête de la concession de Laval dans la Ligue métropolitaine et devient le premier président de l’Association du Hockey junior du Québec en 1969. Cinq ans plus tard, il succède à Robert Lebel comme président de la LHJMQ. En 1979, la Fédération québécoise de hockey sur glace fait appel à ses services. En 1991, Raymond Lagacé est intronisé au Temple de la renommée du hockey québécois, en 1994 au Temple de la renommée du hockey lavallois, en 1995 nommé membre à vie de Hockey Québec et en 2000 au Panthéon des sports du Québec.

1996

Micheline Fortier-Gagnon

Bâtisseuse intronisée en 1996, Micheline Fortier-Gagnon œuvre pendant plus de 30 années dans le monde du curling. Dès ses débuts en 1965 au Club de curling Laval-sur-le-Lac, elle s’implique activement comme bénévole. Au début des années 1980, elle poursuit sa mission et accède au poste de présidente de la toute nouvelle Fédération québécoise de curling, tout en maintenant son implication locale. Pendant une vingtaine d’années, sa passion pour le curling l’amène dans tous les coins de l’Europe, des États-Unis et du Canada. Au milieu des années 1990, pour son implication et ses loyaux services, le conseil d’administration du Club de curling Laval-sur-le-Lac rend hommage à Micheline Fortier-Gagnon en la nommant membre à vie.

Suivez-nous
Partenaires fondateurs
Top